Les certifications, du vent, du pipeau et de l’expertise ?

Vous connaissez certainement les certifications, ces diplômes délivrés par les constructeurs et autres éditeurs qui, en théorie permettent de justifier d’un niveau technique déterminé.

Parmi ces éditeurs, vous rencontrerez Cisco, Oracle, HP, Dell … et surtout Microsoft. Premier éditeur en terme de volume, avec des dizaines de milliers de passages par an sur plus d’une centaine de certifications portant sur divers domaines tels que le développement, les bases de données, l’administration système ou encore la messagerie.

Microsoft présente ces certifications de la façon suivante :

« Obtenir une certification Microsoft vous aide à maîtriser les derniers développements des plateformes et technologies Microsoft, mais vous aide aussi à prouver à votre employeur vos compétences pour remplir les tâches qu’il vous confie » (source )

Je vous propose, au travers de cet article, de parcourir ensemble cette définition associée aux éléments un peu provocateurs du titre de ce billet.

Les certifications, du vent ?

Comme vous l’avez compris au travers de cette dernière définition, les certifications vous permettent en théorie de « prouver à votre employeur vos compétences ».

Certains diront qu’ils n’ont besoin que d’un clavier et d’une souris pour prouver leurs compétences. D’autres diront que c’est l’expérience qui prévaut et d’autre diront tout simplement qu’un bout de papier, aussi tamponné et signé soit-il, ne prouvera jamais une quelconque compétence.

Ces « Certains » ont partiellement raison, avouez qu’il n’est pas rare de rencontrer des personnes extrêmement compétentes dans de multiples domaines et dépourvues de certifications…
Les certifications pourraient donc être simplement vues comme un moyen de brasser du vent, ou plutôt … du business ?

Celles-ci ne sont-elles pas un outil permettant de rassurer « votre employeur » ou un futur client qui s’appuiera donc sur vos certifications pour s’assurer de la validité de vos connaissances ?

Les certifications, du pipeau ?

Nous commençons peu à peu à comprendre que le passage et l’obtention de certifications est potentiellement un plus pour le certifié, pour l’entreprise ainsi que pour le client.

Cependant tout diplôme à une valeur, valeur se basant sur plusieurs critères tels que la rareté ou la difficulté d’obtention. Qu’en est-il avec les certifications Microsoft ?

Microsoft ne restreint que très peu ses certifications. Tout le monde peut globalement passer toutes les certifications en s’acquittant du coût de celles-ci (soit généralement 150€).

Contrairement à d’autres éditeurs tels que VMware, Il n’est pas obligatoire de suivre une formation certifiante afin d’obtenir un sésame permettant de passer la certification associée. C’est peut-être là que se situe l’une des failles du système de certification Microsoft, mais c’est également un atout !

Cela permet en effet à chacun de se certifier avec ou sans le soutien de son entreprise et sans besoin d’un quelconque budget alloué aux formations.

Concernant la difficulté d’obtention, Microsoft fourni un tas d’ouvrages et autres indications concernant ses certifications. Vous connaitrez donc le thème, le contenu (% de question par items, nombre de questions, …). Vous aurez également accès à des questions d’entrainements ce qui permet donc une préparation poussée et relativement facilitée.

Dans un monde parfait, il serait donc possible de passer une certification en suivant les indications de l’éditeur, grâce à l’expérience cumulée sur le produit et le tout sans formation coûteuse ? Les certifications seraient donc totalement légitimes et valideraient le niveau réel du candidat.

Tout ceci est basé bien sûr sur le fait qu’il soit impossible de tricher, de se procurer les questions avant l’examen ou même pire … de ne pas passer l’examen … et ça … vous le savez certainement… nous en sommes loin !

Je ne donnerai pas de noms (tels qu’exams collection, ou Test King :-)) mais de nombreuses ressources permettent aujourd’hui et depuis bien longtemps de se procurer tout le nécessaire permettant de préparer une certification en quelques heures voire quelques minutes sans aucune connaissance ou expérience sur le domaine ciblé.

L’utilisation de tels outils reste marginale mais pollue et discrédite les certifiés en quête de validation de connaissances et d’expertise.

Les certifications, de l’expertise ?

Je ne vous donnerais pas, de définition de l’expertise, chacun possède la sienne, mais je vous citerais tout de même un de mes illustres collègues qui me présentait un expert comme :

« Une personne possédant une culture générale et un bon sens suffisant lui permettant d’appréhender de façon poussée de multiples problématiques »

Concernant le « bon sens » … les certifications n’apporteront rien, penchons-nous plutôt sur l’aspect « Culture générale » !

Les certifications concernent généralement bien plus que le seul sujet sur lequel elles sont censées porter. Une certification portant sur la messagerie comprend par exemple des questions sur l’annuaire, sur la gestion des certificats et bien d’autres thèmes périphériques.

Le passage d’une certification induit de nombreuses recherches, permet de découvrir de nouvelles ressources, de nouveaux sujets, de nouvelles technologies. Cet acte permet alors d’étendre notre domaine de connaissances, donc notre « Culture Générale IT ».

Tous à vos certifs ?

Les certifications sont-elles donc vraiment utiles ? La réponse (ou plutôt Ma réponse) est OUI. Il suffit simplement de lever le nez des claviers pour prendre un peu de hauteur…

Comme nous l’avons vu ensemble, l’obtention d’une certification ne se limite pas à un diplôme supplémentaire, elle permet de valider des connaissances sur un domaine donné tout en s’ouvrant sur de nouveaux aspects.

Une fois la certification obtenue, celle-ci vous légitimera un peu plus sur le domaine tout en rassurant vos employeurs et clients.

Une certification n’est pas un moyen d’obtenir une reconnaissance, c’est un moyen de valider des connaissances mais aussi une expérience .

N’oublions pas non plus de considérer le critère de votre employabilité ! Une personne certifiée sur un domaine, accède dans bien des cas plus aisément à des missions intéressantes et rémunératrices qu’une personne non certifiée.

Se tenir dans une position réfractaire à toutes ces certifications pourrait donc dans certains cas s’avérer être un frein à l’obtention de missions ou de postes intéressants…

Sortez les livres ! à vos révisions !

Please follow and like us:

Comments

  1. By GreenJohn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial